Interview de Pauline, vigneronne

  1. Bonjour Pauline! Peux-tu te présenter stp?

Bonjour ! Je suis bretonne d’origine et je travaille dans le milieu de la vigne et du vin depuis 2018. Je suis arrivée en Belgique en février pour travailler sur le millésime 2022 au Château de Bousval.

 

  1. Quel est ton parcours professionnel?

Après quelques années d’études de biologie à l’université, j’ai décidé de suivre ma passion pour le vin. J’ai voulu en apprendre plus sur son processus de fabrication ainsi que sur la culture de la vigne. Je suis donc partie faire une formation de BTS Viticulture et Œnologie à Beaune, en Bourgogne.

 

N’ayant pas grandi dans un milieu viticole, j’étais consciente que la théorie n’allait pas me suffire… J’ai donc, pendant ces deux ans, suivi un programme d’apprentissage dans la maison Bouchard père et fils, alternant ainsi semaine de cours et semaine de travail. J’ai eu l’occasion de travailler aussi bien à la vigne qu’en cave. Ce fut une expérience extrêmement enrichissante et une véritable révélation pour moi! Ce milieu regorge de connaissances et de savoir-faire si différents… Il nous permet également de rencontrer des personnes passionnées provenant de tout horizon… J’avais trouvé ma vocation!

 

Fin 2020, j’ai quitté la Bourgogne pour découvrir d’autres régions viticoles comme la Haute Savoie ou le Languedoc Roussillon, qui a été une expérience de vinification 2021 très instructive au sein du domaine Puech Haut. Travailler différents cépages, ainsi que découvrir d’autres méthodes de vinifications s’est avéré très intéressant.

 

  1. Comment as-tu rejoint l’équipe du Château de Bousval et quel est ton rôle aujourd’hui?

Toujours dans l’optique de découvrir de nouveaux terroirs, d’échanger sur la vigne et le vin avec de nouvelles personnes et de découvrir de nouvelles pratiques, je cherchais pour 2022 à travailler dans un vignoble hors de la France. Une offre d’emploi pour le Château de Bousval est alors apparue sur internet. Dans un premier temps, j’ai été un petit peu sceptique (c’était la première fois que j’entendais parler du vin belge). J’ai hésité et je me suis dit que je ne risquais rien à tenter. J’ai eu un très bon premier contact avec Vincent qui a su m’expliquer la philosophie du domaine, correspondant également à ma vision de la viticulture et du vin. Ma curiosité a été piquée et je me suis lancée dans l’aventure de Bousval… Et j’ai bien fait!

Au domaine, je travaille principalement dans la vigne pour tous les travaux manuels (taille, attachage, ébourgeonnage, palissage, etc…). Il m’arrive également d’aider Filipe à former les nouveaux arrivants, saisonniers et stagiaires, ou encore de travailler au chai avec Vincent. J’aime énormément cette polyvalence.

 

 

  1. As-tu une anecdote ou un beau souvenir vécu ici, à nous partager?

Il y en a beaucoup… c’est compliqué de n’en citer qu’une! Les beaux moments de convivialité et les rires sont fréquents au sein de l’équipe!

 

Mon petit plaisir du quotidien est d’arriver au domaine assez tôt, pour prendre le temps de boire mon café en regardant le lever de soleil sur le vignoble (surtout l’été où nous commençons la journée très tôt, pour éviter les fortes chaleurs). Le cadre est magnifique, calme et apaisant, la nature se réveille doucement… c’est parfait avant d’entamer la journée de travail!

 

  1. Quelle est la bouteille de vin qui t’a le plus marquée?

Question très difficile également … Les vins de Bourgogne restent mes vins favoris. Sûrement parce que la Bourgogne est une région chère à mon cœur, pleine de souvenirs, remplie de dégustations d’excellentes bouteilles d’ami(e)s vignerons et terre de mon apprentissage du vin. Pour ne citer que quelques-unes de mes appellations préférées : Gevrey Chambertin, Chambolle Musigny, Beaune Clos des Mouches ou Beaune Clos Saint Landry.

 

  1. Qu’est-ce que tu préfères faire quand tu travailles à la vigne?

La saison de la taille est ma période favorite à la vigne, après la course des vendanges et celle des travaux en vert (les 2 périodes les plus intenses de l’année), c’est une période plus tranquille, où le cycle de la vigne redémarre pour un nouveau millésime. La taille, c’est également un véritable exercice de réflexion porté sur l’avenir que nous souhaitons donner à chaque pied de vigne, tout en prenant garde aux dégâts du passé (gel et autres maladies…).

Lorsque l’on brûle les bois, toute l’équipe aime se retrouver autour de quelques barbecues. Ce sont toujours de très bons moments chaleureux à partager!

 

  1. Quel est l’endroit de Belgique qui t’a le plus plu?

C’est un petit peu “cliché” mais j’aime énormément Bruges (encore plus en basse saison, avant que les touristes n’y arrivent). J’aime son air romantique, ses rues médiévales et ses promenades près des canaux. Quand on s’y perd, on a un petit peu l’impression d’être hors du temps.

 

  1. Quels sont tes projets pour l’avenir?

Je souhaite monter mon propre domaine viticole en biodynamie, chez moi en Bretagne. J’aimerais y implanter du Pinot noir et du Chardonnay (mes cépages de prédilections) et vinifier des vins bretons de qualité sur ce terroir prometteur. Cette expérience au Château de Bousval est par conséquent d’autant plus importante pour moi car elle me permet d’échanger, d’observer et d’appréhender les challenges à surmonter pour un jeune domaine sur une terre à réputation “non viticole”.

 

Il ne nous reste plus qu’à remercier Pauline d’avoir répondu à nos questions et surtout à lui souhaiter beaucoup de succès et plaisir dans son futur projet! En attendant, Pauline continue l’aventure au vignoble, pour notre plus grand bonheur.